6 septembre 2021

[Lecutre] Les Cerfs-Volants de Kaboul, Khalled Hosseini

 

Résumé :

Au début des années 70, Amir et Hassan, frères de lait, embrasent le ciel de Kaboul de leurs cerfs-volants. Jusqu'à ce jour, terrible, où Amir abandonne Hassan à un sort tragique et se réfugie aux États-Unis. Vingt ans plus tard, en quête de rédemption, il devra affronter l'Afghanistan ravagé sous le joug des talibans... et le poids de son propre passé. 


Mon avis :

C'était sans doute le roman le plus ancien sur ma Pile à Lire (je pense autour de 8 ans). J'avoue que je repoussais toujours sa lecture car :

1) c'est de la littérature pour adulte (vers laquelle je vais moins)

2) c'est de la littérature "blanche" (c'est à dire pas imaginaire, donc là encore, moins mon cœur de lectrice)

3) Le texte promettait des passages forts, voire durs (et mon petit cœur sensible se protégeait).


Vu le contexte actuel, avec l'Afghanistan aux infos, je me suis dit que si je ne le lisais pas en ce moment, je ne le lirais jamais. Je connais mal l'Histoire de l'Afghanistan, et j’espérais que ma lecture pourrait m'éclairer un peu pour mieux comprendre le conflit actuel, découlant du passé dans lequel le narrateur évolue. Je me suis tout de même blindée émotionnellement avant ma lecture, au cas où (spoiler : j'ai bien fait).

J'ai été très vite touchée par le style, simple sans être simpliste (tout ce que j'aime), chargé des cinq sens (tout ce que j'aime), ce qui m'a plongé très vite dans le récit.

Il y a effectivement des passages difficiles, qui m'auraient probablement traumatisée si je ne m'étais pas méfiée (à l'heure des Trigger Warnings, il y en aurait plein), mais comme j'étais blindée, j'ai réussi à les affronter sans trop de dommages (et heureusement, le roman n'est pas une surenchère de violence et de scènes glauques : 80% est très beau, voire poétique).

Je ne sais pas si je connais mieux l'histoire de l’Afghanistan, mais j'ai eu l'impression qu'on me racontait des bribes de son passé, grâce au témoignage des différents personnages et de leurs avis, leur façon de vivre, leurs valeurs...

Je l'ai lu très vite, ce qui m'a surpris moi-même. Et il m'a bluffée par sa construction impeccable. C'est vraiment un très grand livre.

Comme quoi, même si on n'est pas la cible au départ, quand le livre est bon, il fonctionne.


30 août 2021

Petit point de rentrée

Je me rends compte que je travaille pas mal dans mon coin, sans forcément le crier de partout... donc, un petit point, histoire de vous tenir au courant de mes avancées !

Alors, parmi les différents projets :

* Devine de quand je t'appelle ? : si vous avez suivi, le roman est disponible depuis vendredi dernier en librairie !

Ça a beau être presque le trentième, c'est toujours aussi chouette de découvrir un projet concret, devenu un vrai livre. Et celui-là porte un goût particulier, puisqu'il est écrit à quatre mains avec ma soeur, et que, pour elle, c'est la première fois !

en bonne place au Cultura de Brive

 

* Les Chevaliers de la Raclette : Jean-Laurent a bien bossé sur le tome 5, "Le Secret de Tamié" qui sort cet automne, et de mon côté, j'ai terminé le tome 6, "La Balme des origines" qui sortira début 2022 (il reste les corrections à faire).


* Ven2redi en salle des profs : ce projet à quatre mains, co-écrit avec Silène Edgar, devrait sortir en septembre 2022 si tout va bien ! Nous avons échangé avec l'éditrice et nous comptons plonger les mains dans les corrections cet automne... Je reste encore un peu discrète à ce sujet tant que les contrats ne sont pas signés, mais c'est en très bonne voie !


* Quelques gouttes de violet : c'est le projet du moment (qui changera probablement quinze fois de titre). Je suis partie d'une nouvelle prévue pour l'anthologie Renaissance, qui finalement a été mise de côté pour une autre direction (essentiellement car il s'agissait davantage d'une idée de roman que de nouvelle). Mon objectif est de terminer le nouveau premier jet pour fin septembre, mais avec les obligations perso (notamment l'installation de ma fille aînée dans une autre ville pour ses études) je ne vais pas aussi vite que je le souhaiterais... mais je pense qu'avec le retour à l'école de tout le monde, je vais retrouver mon rythme de croisière rapidement !


Bonne reprise à tout le monde, et à bientôt au détour d'un salon (j'ai mis à jour la page correspondante), au bout d'un mail, ou sur les réseaux sociaux !

27 août 2021

[Lecture] Éloge des fins heureuses, Coline Pierré

 


Résumé :

Ce texte iconoclaste est un plaidoyer pour l’imagination et pour la fiction, une défense de l’optimisme, des fins heureuses, du romantisme et de la littérature “féminine” comme arme politique, comme instrument d’émancipation sociale, comme démarche féministe.
 
“La réalité n’est pas la limite ni l’horizon de notre imagination, elle en est le point de départ.”

 

Mon avis :

Je lis rarement des essais, mais celui-ci m'a été offert par ma très chère Silène Edgar, et il a été vite dévoré.

J'avoue que j'aurais pu écrire certains passages tant je suis d'accord avec le point de vue de l'autrice, notamment sur la valeur de la littérature jeunesse...

Une lecture qui nourrit ma propre réflexion sur mon travail, et qui me conforte dans l'idée de faire certains choix !

Je le conseille, forcément, à celles et ceux qui veulent écrire (ou qui le font déjà).

À retrouver sur le site de l'éditeur.



25 août 2021

[Lecture] Les oiseaux du temps, Amal El-Mohtar & Max Gladstone

 


Résumé : 

Bleu et Rouge, deux combattants ennemis d’une étrange guerre temporelle, s’engagent dans une correspondance interdite, à travers les époques et les champs de bataille. Ces lettres, ne pouvant être lues qu’une seule fois, deviennent peu à peu le refuge de leurs doutes et de leurs rêves. De
leurs échanges naitra un amour fragile et dangereux qu’il leur faudra préserver envers et contre tous.
Les Oiseaux du temps fait partie de ces romans inoubliables qui nous ressourcent et nous rappellent avec douceur et justesse que l’humanité, l’altérité et l’amour sont les réponses universelles à nos besoins essentiels. 

 

Mon avis :

Ce livre m'avait tapé dans l’œil : d'une part parce qu'il est publié chez Mu (bonne adresse) et d'autre part parce qu'un joli petit bandeau indiquait qu'il avait remporté les prix Locus, Nebula et Hugo, rien que ça...

Mais, en réalité, il ne fallait pas m'en dire beaucoup : voyage dans le temps, histoire d'amour impossible, un côté LGBTQ+ : j'étais déjà conquise.

La lecture ne m'a pas déçue, j'y ai trouvé une poésie et un ton qui m'a rappelé le travail de Maëlig Duval (dont je suis fan, si vous n'avez pas encore découvert ce qu'elle fait, foncez chez Gephyre). 

J'ai beaucoup aimé l'alternance des correspondances, et la façon dont on découvre les personnages à mesure qu'iels se révèlent à l'autre.

C'est court, mais vraiment beau, avec juste la bonne dose de SF. À lire !

23 août 2021

[Lecture] La Tour des Anges, À la croisée de Mondes T2, Philip Pullman

 


Résumé :

Le jeune Will, à la recherche de son père disparu depuis de longues années, est persuadé d'avoir tué un homme. Dans sa fuite, il franchit une brèche presque invisible qui lui permet de passer dans un monde parallèle. Là, à Cittàgazze, la ville au-delà de l'Aurore, il rencontre Lyra, l'héroïne des Royaumes du Nord. Elle aussi cherche à rejoindre son père, elle aussi est investie d'une mission dont elle ne connaît pas encore toute l'importance. Ensemble, les deux enfants devront lutter contre les forces obscures du mal et, pour accomplir leur quête, pénétrer dans la mystérieuse Tour des Anges... 

 

Mon avis :

Je vous parlais du tome 1 ici

Si je suis rentrée beaucoup plus vite dans ce tome (plus proche de notre monde), c'est aussi, je pense, grace au personnage de Will, qui apporte beaucoup à cette histoire. On densifie les enjeux, il y a de l'action sans temps mort, et tout est cohérent.

J'ai passé un très bon moment ! Vivement la fin.

21 août 2021

[Lecture] Dune, Frank Herbert & Le Messie de Dune + le Mook Dune

 

Résumé "Dune" : 

Il n'y a pas, dans tout l'Empire, de planète plus inhospitalière que Dune. Partout des sables à perte de vue. Une seule richesse : l'épice de longue vie, née du désert, et que tout l'univers convoite.
Quand Leto Atréides reçoit Dune en fief, il flaire le piège. Il aura besoin des guerriers Fremen qui, réfugiés au fond du désert, se sont adaptés à une vie très dure en préservant leur liberté, leurs coutumes et leur foi. Ils rêvent du prophète qui proclamera la guerre sainte et changera le cours de l'Histoire.
Cependant les Révérendes Mères du Bene Gesserit poursuivent leur programme millénaire de sélection génétique : elles veulent créer un homme qui réunira tous les dons latents de l'espèce. Le Messie des Fremen est-il déjà né dans l'Empire ?
 

 Résumé "Le Messie de Dune" :

Paul Atréides a triomphé de ses ennemis. En douze ans de guerre sainte, ses Fremen ont conquis l'univers. Il est devenu l'empereur Muad' Dib. Presque un dieu, puisqu'il voit l'avenir. Ses ennemis, il les connaît. Il sait quand et comment ils frapperont. Ils vont essayer de lui reprendre l'épice qui donne la prescience et peut-être de percer le secret de son pouvoir. Il peut déjouer leurs plans, mais voit plus loin encore. Il sait que tous les futurs possibles mènent au désastre et est hanté par la vision de sa propre mort. Peut-être n'y a-t-il pas d'autre liberté pour le prescient que celle du sacrifice...


Mon avis :

J'avais déjà essayé de lire Dune par le passé (de mémoire, c'était à la fin des années 1990), mais j'avais décroché. Bien sûr, j'ai vu le film de David Lynch de 1984 (sans éprouver de passion particulière pour cette histoire).

Mais quand la nouvelle adaptation a été annoncée, avec des images très alléchantes, je me suis dit qu'il était enfin temps de surmonter le blocage de la lecture, et de me lancer. En plus, j'avais hérité de cette édition brillante de 1976, qui regroupe les deux premiers volumes (Dune et Le Messie de Dune). Spoiler, j'ai un autre tome avec le volume 3, Les Enfants de Dune.

Alors... il faut bien s'accrocher 186 pages avant d'entrer dans l'action, ce qui n'est pas forcément évident. Et l'alternance des points de vue est un peu frustrante car déséquilibrée (on a envie de rester dans certains points de vue et d'en délaisser d'autres). Globalement, je comprends pourquoi ça a marché et ça marche encore. Mais j'ai quand même levé les yeux au ciel plusieurs fois (notamment lors de trucs d'écrivain pour amener un faux suspens autour de personnages quasi tout puissants (genre "il voit tous les futurs possibles... mais ça, il ne l'avait pas vu, tatataaaaan").

J'ai beaucoup de tendresse pour le personnage d'Alia (je pense qu'elle a inconsciemment influencé le personnage de Jivana, dans les Fedeylins. En tout cas, on peut trouver des similitudes de traitement, dans le rapport à la mère, à la naissance, à la différence...).

Je suis contente d'avoir enchaîné avec le tome 2, qui, finalement, va au cœur de ce que Frank Herbert voulait (questionner la toute puissance d'une personne qu'on idolâtre). M'arrêter à la fin de "Dune" laissait une trop grande ouverture (et même si ça peut être cool pour le lecteur d'imaginer ce qu'il veut, ça ne semblait pas terminé).

En prévision de cette lecture (qui était mon objectif de lecture de l'été), j'avais acheté Le Mook Dune lors de son crowdfunding  : un ouvrage dense est complet, magnifiquement illustré, et qui m'a permis de prolonger ma lecture et préparer avec bonheur la sortie du film (cet automne).


Pour celles et ceux que ça intéresse, une nouvelle version du mook, légèrement augmentée, va sortir en même temps que le film... à suivre sur les réseaux !


Une citation ?


"La plus haute fonction de l'écologie est la compréhension des conséquences."