26 février 2024

[Ma semaine] du 19 au 25 février 2024

 

Sur quoi j'ai travaillé cette semaine ?

En vrai ? Rien ! Je me suis mise en vacances !

Mais les choses ont bougé du côté de "Discrète" pour lequel je viens d'obtenir une bourse du CNL ! C'est une grande joie (et un grand soulagement financier). C'est aussi une belle validation pour m'encourager à continuer ce gros projet de Fantasy YA.

D'ailleurs, c'est au programme de mon mois de mars, qui va être entièrement dédié à ce roman (à part quelques corrections qui doivent arriver).

Sortons les pompons quand même pour fêter ça !

Le livre de la semaine

Eleanor & Park, Rainbow Rowell

Résumé :

" Une romance sexy, intelligente et tendre qui vibre au rythme du punk rock et du grand amour. "
Gayle Forman, auteur de Si je reste.

1986. Lorsque Eleanor, nouvelle au lycée, trop rousse, trop ronde, s'installe à côté de lui dans le bus scolaire, Park, garçon solitaire et secret, l'ignore poliment. Pourtant, peu à peu, les deux lycéens se rapprochent, liés par leur amour des comics et des Smiths... Et qu'importe si tout le monde au lycée harcèle Eleanor et si sa vie chez elle est un véritable enfer : Park est prêt à tout pour la sortir de là.

Mon avis :

Ces temps-ci, je n'avais pas trop envie de lire, je regardais ma PAL en haussant les épaules et en disant "bof" (ça arrive). J'avais envie de quelque chose de doudou... et je me suis souvenue de ce livre que j'avais trouvé dans une boîte à livres et mis de côté "pour plus tard". C'était le bon moment !

J'ai adoré. C'est typiquement ce que j'aime. Parfois, j'explique que je préfère un bon roman pour ado sans touches d'imaginaire qu'un roman adulte SFFF, et bien c'est tout à fait le cas ici. C'est juste sur les émotions adolescentes, c'est touchant de vérité sur les situations familiales compliquées (euphémisme), et l'alternance des points de vue fonctionne merveilleusement bien.

Bref, je le redis, j'ai adoré !

Le film de la semaine


L'effet veuf, Dan Levy (Netflix)

Pitch :

Dévasté par la disparition de son mari écrivain, un artiste emmène ses deux meilleurs amis à Paris, où vont se dévoiler de vilains secrets et de dures réalités.

Mon avis :

J'aime beaucoup ces acteurs (notamment Himesh Patel, depuis Yesterday) et j'étais curieuse de ce film dont j'avais vu passer la bande annonce. Un peu méfiante aussi de voir que Netflix le vendait comme "un drame qui fait du bien".

Je ne sais pas si je pourrais dire que "ça fait du bien", mais en tout cas, je ne m'attendais pas forcément à cette histoire là, et c'était une bonne surprise. Il est finalement beaucoup plus question d'amitié et de choix de vie quand on avance en âge (entre 30 et 40 ans). Ce n'est pas une "grande" histoire, plutôt une tranche de vie particulière. Il me manque peut-être quelque chose pour être complètement emballée... mais je ne suis pas déçue non plus. Étonnée, peut-être.

Je n'ai pas pleuré, et pas vraiment rit non plus... mais je ne me suis pas ennuyée. C'était chouette.

La série de la semaine

 
Veronica Mars, de Rob Thomas (disponible en replay sur M6)

Résumé :

Veronica Mars semble être au premier abord une adolescente ordinaire. En fait, futée et courageuse, la jeune fille s’emploie à résoudre les mystères les plus enfouis que cache la petite communauté de Neptune. Et par la même occasion, elle espère élucider le scandale qui a ruiné la vie de son père ainsi que le meurtrier de sa meilleure amie, Lilly Kane.

Mon avis :

J'avais adoré cette série lorsqu'elle est sortie, et j'en gardais un excellent souvenir... lorsque j'ai découvert qu'elle était disponible en intégralité en replay, j'ai craqué !

J'ai donc revu l'intégralité de la saison 1, qui reste la meilleure selon moi, tant elle est parfaite en structure et développement des personnages. La meilleure preuve, c'est l'avant-dernier épisode, où Veronica interroge de nombreux élèves... et on se rend compte (ou pas car c'est très bien fait), qu'il s'agit de tous ceux qu'elle a aidé au cours de la saison ! Comme un gigantesque puzzle qu'on verrait enfin d'assez haut pour voir l'image complète.

Et un final en apothéose. Bref, c'est une série à recommander à tous les ados (pas trop jeunes quand même... je dirais 14 ans vu certains thèmes abordés), et à recommander aussi à toutes les personnes qui veulent écrire des histoires, parce que, bon sang, c'est vraiment bien fait !

 


19 février 2024

[Ma semaine] du 12 au 18 février 2024

 

Sur quoi j'ai travaillé cette semaine ?


Cette semaine, j'ai rencontré deux classes de 6e à St Symphorien d'Ozon autour de "Vendredi dans la peau de ma prof" et "une semaine dans la peau de mon frère" ainsi que deux classes de 5e qui avaient pioché dans ma bibliographie pour lire le ou les romans qui les intéressaient le plus... c'était vraiment chouette !

De beaux échanges, des questions intéressantes... en plus, tout près de chez moi : parfait !

 

J'ai aussi remis les mains dans "Quelques gouttes de Violet" car j'ai eu l'opportunité de revenir à l'idée de base, c'est à dire une nouvelle pour une anthologie ! Je verrais si je finis par en faire un roman ou pas, mais j'ai pu utiliser toute la matière que j'ai malaxé depuis 2020 pour finalement faire un texte court qui tient la route (selon moi). Je vous tiens au courant de son évolution et sa parution prochaine !

Enfin, j'ai continué de travailler pour mes Wonderfriends du Cercle des Murmures, en préparant un peu de communication pour aller autour de la sortie de notre essai (en juin).

Bref, j'ai bien mérité quelques jours de vacances !

Le livre de la semaine


Buffy, baroque épopée, de Fabien Clavel

Résumé :

L’ESSAI FRANÇAIS CONSACRÉ À L’HÉROÏNE TUEUSE DE VAMPIRES QUI CHANGEA LA POP CULTURE !

Buffy contre les vampires (1997-2003) est un mystère. D’un côté, depuis vingt ans, des téléspectateurices enthousiastes font de cette série féministe, portée par un groupe de personnages hyper attachants, un jalon des cultures de l’imaginaire. De l’autre, beaucoup plissent le nez devant des épisodes kitsch, étranges, ironiques, sans comprendre d’où vient cet engouement. Cet essai, l’un des tout premiers en français consacrés au sujet, se propose d’élucider ce mystère. La série repose en effet sur une tension originale entre un aspect épique (Buffy, une héroïne, lutte contre les forces du mal) et un aspect baroque (tout est instabilité, mouvement, métamorphose et illusion dans Buffy, notamment à travers la fi gure du vampire). Il semble que ce soit ce second aspect qui déroute bon nombre de personnes. En même temps, cette esthétique est aussi ce qui assure la profondeur, la richesse et la complexité de la série. Tenons-nous-le pour dit : Buffy est à la fois baroque et épique. Une baroque épopée.

Mon avis :

Je me régale avec cet essai, dont il me reste les dernières pages à lire. Il tombe très bien car je partage cette série avec ma plus jeune fille (12 ans) et que nous arrivons à la fin de la saison 4, donc je suis en plein dedans !

Je ne suis pas d'accord à 100% avec Fabien sur tout, mais, quand même, sur beaucoup de choses, et j'apprends de nombreux termes techniques ou autres liens avec des éléments classiques de littérature ou mythologie que je n'ai pas étudié.

Bref, c'est très riche, et vraiment cool !

La série de la semaine

Young Sheldon (saison 5)

Pitch :

Sheldon et Missy s'enfuient tous les deux de chez eux. Mary reçoit des nouvelles bouleversantes à propos de George Sr.

Mon avis :

Plus j'avance, et plus j'aime cette série ! Il y a une tension par rapport à l'évolution de certains personnages, où on ne sait pas dans quelle direction les scénaristes vont aller (avec cette ambivalence d'avoir envie que certaines choses se passent, et en même temps, non !).

Bref, c'est super ! 

C'est la dernière disponible en France sur Netflix et les replays, donc j'ai hâte que la saison 6 arrive (sans compter la 7 qui débute juste, et sera la dernière).



12 février 2024

[Ma Semaine] du 5 au 11 février

 

Sur quoi j'ai travaillé cette semaine ?

Dans les rencontres scolaires qui continuent, je suis allée voir des 4e à Vienne pour parler de Sueurs Froides ! Nous avons aussi travaillé sur la naissance du suspense dans un atelier d'écriture autour du bruit...


Le gros truc de la semaine, c'est la fin du premier jet de Colo 80, qui a mérité une belle danse de la joie !

J'ai adoré écrire ce bouquin, donc j'espère que son avenir éditorial sera aussi plaisant ! Croisons les doigts.

Ce week-end, le gros évènement, c'était une réunion du Cercle des Murmures au complet (ce qui est rare car nous habitons un peu partout en France et en Belgique...). L'occasion de terminer nos corrections éditoriales à 12 mains !

Mes Wonderfriends, Silène Edgar, Cindy Van Wilder Zanetti, Lise Syven, Agnès Marot, et Maëlig Duval. Une team de choc pour un essai à paraître en juin !

Le livre de la semaine

Comme une famille, de Rachel Corenblit

Résumé :

Le monde peut nous changer mais on peut toujours changer le monde...

50 années dans l'Histoire du monde, 50 années dans la vie d'une famille ; ses rencontres, ses coups de foudre, ses ruptures, ses réconciliations, marqués par les événements qui ont façonné la société d'aujourd'hui et leurs adolescences.

Des premiers pas de l'homme sur la Lune en 1969 à l'incendie de la centrale de Tchernobyl en 1986, de la finale de la coupe du monde de football en 1998 aux attentats du Bataclan en 2015, de l'élection de Barack Obama à la crise du Covid, de la mort de leur mère au mariage de leur frère.

Une chronique familiale remplie d'amour et d'espoir, racontée par les membres de la famille captés au moment de leur adolescence.

Un roman poignant pour les ados.

Mon avis :

J'ai découvert ce roman à Brive, où il a reçu le prix de la Foire du Livre, pour la catégorie d'âge en dessous de celle où était la Cité du Savoir (ça doit être 13-15 ans, du coup). Ce qui m'a interpellé, c'est le principe de base (mêler la grande Histoire à la petite), car c'est tout à fait ce que j'ai essayé de faire avec "C'était mieux avant" (pour une tranche d'âge encore plus jeune, 10-12 ans, et une période historique un peu différente).

J'ai beaucoup aimé et eu besoin de beaucoup de mouchoirs ! C'est vraiment très bien mené, et les différents personnages sont justes et attachants. Le ton des ados est toujours parfait. Une réussite.

J'ai eu un petit moment de découragement par rapport à mon propre projet ("si ça a déjà été fait, à quoi bon") mais j'ai pris un peu de recul, et je me dis qu'au contraire, mon histoire ne raconte pas du tout la même chose, donc les deux peuvent être complémentaires. Et puis, les grands esprits se rencontrent, tout ça.

La série de la semaine

Young Sheldon, Saison 4 (Netflix)

Résumé :

Entre imprévus et remises en question, les aventures du jeune Sheldon continuent après l'obtention de son diplôme d'études secondaires. En proie aux doutes, ses débuts universitaires et ses premiers pas dans le monde adulte ne vont cependant pas se passer comme prévu. Ce petit génie fera face à de nombreux rebondissements tant sur le plan scolaire que familial... Il pourra néanmoins toujours compter sur ses proches pour le soutenir dans ces épreuves.

Mon avis :

Pour l'instant, c'est ma saison préférée ! J'adore Missy, la sœur de Sheldon, mais, après réflexion, j'aime aussi la grand-mère, le frère... tous les personnages ! J'ai envie de savoir la suite, découvrir tout ce qui va leur arriver.

D'ailleurs, le suspense de fin de saison 4 était insoutenable ! J'ai donc enchaîné directement avec la suite !

5 février 2024

[Ma semaine] du 29 janvier au 4 février 2024

 

Sur quoi j'ai travaillé cette semaine ?

Ma semaine a été en très grande partie consacrée à Colo 80 ! J'ai vraiment bien avancé dans le premier jet, même si j'ai pris de mauvaises directions qui m'ont obligée à revenir en arrière plusieurs fois (j'ai des chapitres entiers que je ne vais pas utiliser, finalement).

J'avais espéré finir cette semaine, et c'est presque le cas, car il ne me reste que l'épilogue (ce qui devrait être fait aujourd'hui). Une bonne relecture pour vérifier que tout fonctionne et zou, on passe à l'étape suivante !

Il y a aussi eu de nouvelles corrections pour "Comment écrire de la fiction : écrire, travailler au sein d'un cercle littéraire" (on se rapproche de la fin).


Et puis une journée de rencontre autour d'Ascenseur pour le futur à Vénissieux (c'est tout près de chez moi, ça me change de ne pas aller trop loin !).

Bref, une semaine bien remplie !

Le livre de la semaine

L'école du bien et du mal, T1, Soman Chainani

Résumé :

Prenez des gentils, des méchants, un ou deux princes charmants, mélangez, inversez tous les rôles et vous obtiendrez un conte de fées revisité, drôle, rythmé, qui vous rendra heureux pour toujours !

Kidnappées par une sombre nuit d'orage, Sophie et Agatha intègrent l'École du Bien et du Mal... Un lieu très spécial, où sont formés les personnages de contes de fées. Pantoufles de verre et chevelure blonde soyeuse, Sophie est sûre de devenir princesse. Tandis qu'Agatha, cynique et solitaire, toute de noir vêtue, se voit déjà en sorcière. Pourtant, rien ne se passe comme prévu... Et si, au-delà des apparences, se cachait leur vraie nature ?

Mon avis :

J'avais beaucoup aimé l'adaptation sur Netflix, alors j'étais curieuse de lire le roman... bon, autant vous le dire tout de suite, je suis très loin de l'avoir terminé, et, franchement, je ne sais pas si je vais le faire.

Je n'accroche pas du tout au style. Il y a quelque chose... d'ennuyeux. Bref, je ne suis pas très motivée pour continuer, alors je crois que je vais laisser tomber et essayer autre chose dans ma PAL.

Dommage !

Le film de la semaine


Argylle, de Matthew Vaughn

Résumé :

Elly Conway est l'auteure solitaire d’une série de romans d’espionnage à succès, dont l’idée du bonheur se résume à une soirée tranquille à la maison avec son ordinateur et son chat, Alfie. Mais lorsque les intrigues de ses livres, centrés sur l'agent secret Argylle et son combat pour démanteler un réseau d'espions mondial, commencent à ressembler étrangement aux opérations secrètes d'une véritable organisation d'espions, sa tranquillité ne devient plus qu’un souvenir. Aux côtés d’Aidan, un espion pourtant allergique aux chats, Elly n’hésite pas à embarquer Alfie dans son sac à dos pour mieux se lancer dans une course contre la montre aux quatre coins de la planète afin de distancer de dangereux tueurs et empêcher ses fictions de dépasser la réalité.

Mon avis :

J'ai tout d'abord été très surprise de me retrouver presque seule durant ma séance (un couple est finalement entré dans la salle : nous étions donc 3). Mon cinéma l'avait programmé en salle ICE (avec l'ambiance lumineuse prolongée sur les côtés), ce qui se fait habituellement pour les gros succès... et le film n'est sorti que mercredi... je n'ai pas compris !

Concernant les passages sur la vie de l'autrice, dans son processus créatif ou ses questions/réponses avec les fans... j'ai beaucoup levé les yeux au ciel (notamment lorsqu'elle écrit le mot "fin" et envoie directement à sa mère, qui lit le manuscrit dans la nuit et la convainc d'écrire un chapitre de plus... même si ce passage se justifie plus tard dans le film, dans la vraie vie, on passe du temps en relecture et corrections avant d'envoyer à qui que ce soit + personne ne le lit dans la nuit + personne ne nous impose de changer notre histoire de cette façon ! C'est mal connaître la façon de fonctionner des écrivains, d'une manière générale).

Si je devais le noter, je pense qu'il aurait la moyenne (2,5/5) car je ne me suis pas ennuyée, et que l'histoire tient globalement la route (si j'enlève la crédibilité autour du métier). Ce qui m'a manqué, c'est que, tout le long, on est à la limite de la parodie, à la limite de l'humour qui fait éclater de rire... on voit qu'ils essayent, mais c'est toujours un cran en dessous, donc on ne bascule pas complètement.

Le casting est top, l'utilisation des tropes et clichés des films d'espionnage fonctionne (on est vraiment entre James Bond et Mission Impossible), et pourtant, l'impression générale ne fait pas crier au chef d’œuvre (ce n'est pas une bouse non plus). Moyen, donc.

Pour les fans de Matthew Vaughn (Kick Ass, King's Man), la violence est un ou deux crans en dessous de ce qu'il fait d'habitude (ce qui peut être décevant, mais en fait un film presque tout public).

J'ai eu l'impression d'un résultat à 80% de ce que l'équipe cherchait à faire. Il ne manque pas grand chose pour que ce soit vraiment bien.


29 janvier 2024

[Ma semaine] du 22 au 28 janvier 2024

 

 

Sur quoi j'ai travaillé cette semaine ?

J'ai d'abord passé deux jours à Couches, près de Chalons-sur-Saône, pour parler d'Ascenseur pour le futur avec trois classes de 6e. Les élèves avaient travaillé sur de petits textes avant ma venue, et j'ai pu découvrir leur production avec grand plaisir !

C'est toujours chouette de les voir voyager dans le temps grâce à mon ascenseur !

Ensuite, j'ai carburé sur Colo 80 ! J'ai dépassé la barre des 90 000 signes (pour vous donner une idée, Ascenseur pour le futur en fait 88 000), ce qui m'approche de la fin (je pense 120 000 signes max). Cette histoire prend tout à fait la tournure que je souhaitais, même s'il m'a fallu plusieurs retours en arrière pour retrouver la trame prévue (sinon, j'allais sans doute devoir doubler la taille du texte, et ce n'est pas l'idée).

J'espère finir fin janvier !

Le livre de la semaine

Ana & l'entremonde, Marc Dubuisson & Cy

T1 : Par l'ouest, vers les Indes

Résumé :

Un fantastique voyage aux confins du monde !

1492. Îles Canaries. Ana et Domingo, deux jeunes orphelins, ravitaillent les navires faisant halte au port de Las Palmas. Alors qu'ils chargent le Santa Maria, ils se retrouvent embarqués dans la fameuse expédition de Christophe Colomb : direction les Indes ! Malheureusement pour eux, dans cette version de l’Histoire, la Terre est plate. Arrivés aux chutes du bout du monde, ils se retrouvent projetés dans un univers fantastique peuplé de pirates en tous genres : l’Entremonde ! D’aventure en aventure, Ana, désormais séparée de ses amis, va devoir s’adapter à cette nouvelle contrée insolite, apprendre ses codes et apprivoiser ses curieux habitants. Peu à peu, elle va réaliser qu’un personnage menace l’Entremonde et que ce lieu est encore plus surprenant qu’elle ne le pensait… Nouvelle série d’aventures prévue en 4 tomes, Ana & l’Entremonde est le fruit d’une belle collaboration entre Marc Dubuisson, qui met sur pied un scénario débordant d’imagination aux dialogues savoureux, et Cy, qui dévoile toute la force de sa personnalité graphique dans des planches en couleur directe à couper le souffle. A eux deux, ils créent un monde riche et cosmopolite permettant d’aborder des thématiques fortes et universelles sous le prisme de la quête initiatique. Une aventure fantastique, qui donne autant envie de mettre les voiles que de s’ouvrir à l’inconnu !


T2 : Les naufragés

Résumé :

Dans l’antre du Maître des égouts !

Ana et Domingo, deux jeunes orphelins embarqués par accident dans la fameuse expédition de Christophe Colomb se sont retrouvés projetés dans l’Entremonde : un univers fantastique peuplé de pirates en tous genres ! Ana s’est adaptée à cette nouvelle contrée insolite et à ses curieux habitants. Mais l’Entremonde est plein de surprises et les deux amis désormais séparés devront poursuivre leur route dans l’espoir de se retrouver un jour… Tandis que Domingo et Miguel sont accueillis par une bien étrange créature nommée Doebi, Ana navigue avec l’énigmatique capitaine Sam. Celle-ci décide de faire escale sur l’île de Thoromann afin de glaner des informations susceptibles de l’aider à retrouver ses amis échoués. Malheureusement, tout ne se passera pas comme prévu et Ana va se retrouver captive d’un être aussi obscur que terrifiant : le Maître des égouts ! Alors qu’elle tentera de se sortir de ce mauvais pas, Domingo, lui, sera sur le point de faire une découverte surprenante liée à Criquet, le mari de Doebi, et aux secrets de l’Entremonde...

Mon avis :

J'aime le travail de Marc Dubuisson depuis longtemps, et j'ai découvert Cy avec l'excellent Radium Girls, alors j'étais curieuse de découvrir cette BD depuis sa sortie... c'est chose faite !

J'aime beaucoup le style et l'univers très fantasy, c'est riche et coloré, et les personnages en bavent donc on a envie qu'ils s'en sortent... pourtant, je retrouve ma frustration habituelle avec les BD d'une manière générale : c'est trop vite lu. J'imagine au moins un an de travail, et chaque tome est lu en 20 minutes... c'est très frustrant.

Vous notez que je lis peu de BD, essentiellement pour cette raison. J'ai tout de même passé un très bon moment avec cette chouette histoire, et j'ai hâte de lire la suite et la fin de cette série prévue en 4 tomes.

La série de la semaine


Bodies, de Paul Tomalin (Netflix)

Pitch :

Quatre détectives à quatre époques différentes de Londres se retrouvent à enquêter sur le même meurtre.

Mon avis :

Au moment où j'écris ces lignes, il me reste les deux derniers épisodes à voir, donc la résolution finale peut faire basculer mon avis, mais, pour l'instant, j'aime beaucoup.

La série a été venue comme "le nouveau Dark" et vous savez combien j'ai adoré Dark ! Alors, forcément, j'avais envie de me faire mon avis... et, effectivement, il y a un lien de parenté évident : quatre époques qui s'entremêlent, des personnages qui reviennent dans certaines, des mystères mystérieux... il n'y a pas le même travail de casting (qui était magistral sur Dark), on est plus sur du maquillage de mêmes acteurs (ou acteurs avec tellement d'écart d'âge que la ressemblance est légère) et, dans un sens, c'est beaucoup beaucoup plus simple que Dark (qui nécessitait un paquet de fiches et de ficelles pour relier tous les évènements). Peut-être tout simplement parce qu'il y a moins de personnages ?

En tout cas, je retrouve ce que j'ai aimé, et le côté "policier" de l'enquête fonctionne bien. Pour une mini-série en 8 épisodes, c'est bien joué !

24 janvier 2024

[Ma semaine] du 15 au 21 janvier 2024

Pour cause de déplacement pro, je suis un peu en retard, mais voilà mon récap !


Sur quoi j'ai travaillé cette semaine ? 

J'ai commencé par la première rencontre scolaire de l'année : une journée au Blanc-Mesnil pour parler de "Comment je suis devenue un robot" avec des classes de 4e ! Très chouette, malgré la fatigue d'un lever très tôt, et de l'aller-retour dans la journée...

C'était aussi la dernière ligne droite pour cette phase de correction de "Comment écrire de la fiction : écrire, travailler au sein d'un cercle littéraire" (mais il y aura d'autres étapes, nous n'avons pas encore terminé le travail éditorial, même si chaque phase nous rapproche de la fin !).

Et enfin, j'ai avancé un peu sur "Colo 80" ! Pas autant que je l'aurais souhaité, mais ça avance quand même. Je réfléchis à changer le titre, sans bonne idée pour l'instant. Je vais avancer encore un peu dans le texte, ça viendra peut-être tout seul !

Le livre de la semaine

Les Aiguilles d'Or, Michaël Mc Dowell

Résumé :

Dans le New York de la fin du XIXe siècle coexistent deux mondes que tout oppose. D’un côté, l’opulence et le faste. De l’autre, le vice monnayé et l’alcool frelaté. C’est à leur frontière, au coeur de l’infâme Triangle Noir, qu’une famille fortunée va chercher à asseoir sa notoriété en faisant mine de débarrasser la ville de sa corruption. Les Stallworth, dirigés d’une main de fer par leur patriarche, l’influent et implacable juge James Stallworth, assisté de son fils Edward, pasteur aux sermons incendiaires, et de son gendre Duncan Phair, jeune avocat à la carrière prometteuse, ont un plan impeccable : déraciner le mal en éradiquant une lignée corrompue de criminelles : les Shanks.

Mon avis :

Vous savez comme j'ai aimé la saga Blackwater cet été... alors, forcément, ce roman du même auteur, avec une couverture aussi belle et travaillée, je n'avais même pas besoin de regarder le résumé pour craquer !

Et j'ai adoré. J'ai retrouvé la façon dont l'auteur décrit ses personnages, et notamment ses personnages féminins qui sont tous plus justes les uns que les autres. Il y a un lien commun entre Blackwater et Les Aiguilles d'Or, dans le ton et le style (même si, ici, pas de fantastique), pourtant ces deux histoires n'ont rien en commun. Et ce n'est pas grave.

Un vrai coup de cœur ! 

Le film de la semaine

Downsizing, Alexander Payne (Netflix)

Résumé :

Pour lutter contre la surpopulation, des scientifiques mettent au point un processus permettant de réduire les humains à une taille d’environ 12 cm : le "downsizing". Chacun réalise que réduire sa taille est surtout une bonne occasion d’augmenter de façon considérable son niveau de vie. Cette promesse d’un avenir meilleur décide Paul Safranek  et sa femme à abandonner le stress de leur quotidien à Omaha (Nebraska), pour se lancer dans une aventure qui changera leur vie pour toujours.

Mon avis :

J'avais été séduite par la bande-annonce à l'époque de sa sortie (en 2018) et puis, la vie a fait que je l'ai raté au cinéma... c'est l'un des avantages des plateformes, de pouvoir rattraper ça !

J'ai beaucoup aimé ce film, surtout dans ses détails : tout le processus de miniaturisation, tout ce que ça implique aussi bien physiquement que dans la vie quotidienne... je pensais quand même que ce serait beaucoup plus drôle (c'est vendu comme une comédie) et, finalement, pas tant que ça.

En tout cas, c'est tout à fait cohérent, ce qui n'est pas toujours le cas avec des films de SF dans ce genre... alors, rien que pour ça, il mérite une bonne note !


16 janvier 2024

[Ma semaine] du 8 au 14 janvier 2024


Sur quoi j'ai travaillé cette semaine ?

Un petit peu sur le projet commun avec mes Wonderfriends pour Argyll (Comment écrire de la fiction : écrire, travailler au sein d'un cercle littéraire). J'y ai consacré mon mercredi matin. La couverture avance aussi, on pourra bientôt la révéler !


Mais j'ai surtout travaillé sur Colo 80 ! J'ai préparé les grandes lignes de l'histoire lundi, j'ai écrit un premier chapitre mardi, puis deux de plus jeudi et vendredi. Un début prometteur (surtout qu'il ne comportera que 12 chapitres, j'ai donc déjà 1/4 du roman !).

Bien sûr, c'est du premier jet qui nécessitera du travail, mais je suis très contente de ce que ça donne pour l'instant et, surtout, des twists prévus pour l'histoire.

Le livre de la semaine

Meurtres et cupcakes au caramel, Joanne Fluke

Résumé :

Le caramel qui ne vous tue pas vous rend plus fort

Ces derniers temps, l'existence d'Hannah a une saveur douce-amère. Certes, sa sœur Andrea est enceinte – et c'est une source inépuisable d'irritation et d'amusement – et, oui, elle prend toujours beaucoup de plaisir à donner des cours de cuisine au lycée de Lake Eden. Mais sa vie sentimentale, elle, reste compliquée. Entre Norman le dentiste et Mike le gentil flic, son cœur balance.

Quand soudain, la petite ville est frappée par un nouveau meurtre ! On retrouve derrière le lycée le corps du vieux shérif Grant. Avec, sur son uniforme, les traces d'un cupcake au caramel confectionné par Hannah.

Quitte à se mêler, comme elle sait si bien le faire, de ce qui ne la regarde pas, notre héroïne se met en tête de chercher le coupable. Sa mère et son chat ne seront pas en reste pour rendre cette histoire aussi sucrée que piquante !

Secrets scandaleux, trahisons brûlantes, rebondissements en pagaille, tous les ingrédients sont réunis pour une enquête passionnante. Avec de nouvelles recettes de pâtisseries toujours succulentes pour en affronter les multiples péripéties.

Mon avis :

Depuis que j'ai écrit un cosy-mystery, je me suis dit que c'était un genre que je souhaitais lire davantage : je me suis donc fait offrir ce roman à Noël ! Le titre me plaisait beaucoup, et, même s'il s'agit du tome 5 de la série Les enquêtes d'Hannah Swensen et que je n'avais pas lu les tomes précédents, je n'étais pas perdue pour autant.

J'ai beaucoup aimé la façon de mêler enquête et pâtisserie, avec des recettes qui s'intercalent entre les chapitres (pour moi qui aime la pâtisserie, c'est une très bonne idée). L'enquête est intéressante, même si les indices louches qui mettent la puce à l'oreille du lecteur ont un peu l'air de clignoter (l'avantage, c'est se sentir en avance sur l'enquêtrice, sensation toujours agréable).

Par contre, quelque chose m'a profondément dérangée. Deux choses, même.

D'abord, le rapport d'Hannah à ses amoureux potentiels. Elle les vouvoie, pique des crises de jalousie, les embrasse fougueusement par moment, et dit des trucs comme "il finira bien par la demander en mariage" ce qui semble un peu étrange (comme si le mariage était le début de la relation). Le pire ? La scène pleine de sous-entendu où elle est au restaurant avec l'un d'eux qui lui propose d'emporter le dessert pour le finir chez elle... ses jambes tremblent, elle frétille, on comprend tout à fait l'allusion au fait qu'ils vont aller faire des trucs, et pas du tout manger le dessert ! Fin de chapitre, page suivante... ils mangent le dessert. Se mettent un film. Discutent. Où est passée la tension sexuelle ? Pourquoi les sous-entendus ne sont-ils pas suivis d'action ? La nana a autour de trente ans, ce n'est pas une frêle ingénue, pourtant, cette chasteté est étrange...

Mais cela s'explique peut-être par mon deuxième bémol : le jugement sur les relations hors mariage. Les personnages qui entretiennent des relations sans être mariés se comportent tous étrangement : une fille qui a eu un bébé sans être mariée a caché l'identité du père par honte ; la petite sœur de Hannah, étudiante à l'université (on suppose donc qu'elle n'est pas mineure), cache la présence de son petit copain avec un secret excessif ; même la mère d'Hannah cache le fait qu'elle danse avec un homme régulièrement, et la première pensée de l'héroïne c'est qu'elle va se retrouver avec un beau-père (on revient à cette idée de mariage à tout prix). Il y a un message très présent de "avoir des relations sans être mariés n'apporte que des ennuis, il faut le cacher, en avoir honte = c'est MAL." C'est complètement hors-sol pour moi. Je suppose que c'est la marque d'un puritanisme américain, mais, en tout cas, je n'aime pas du tout cette direction qui est très en sous-texte, ce qui est pire, je crois.

À côté de ça, la fameuse Hannah embrasse deux hommes différents durant la même soirée sans remettre en questions sa moralité ni sentir qu'elle les trompe tous les deux... c'est vraiment un dosage étrange dans la moralité.

Bref, sans doute à cause de ça, je n'en lirais pas d'autre. Ou alors, vraiment pour les recettes en levant les yeux au ciel sur le reste.

La série de la semaine


Stranger Things, Saison 2 (Netflix)

Résumé :

Un an s’est écoulé depuis que Will a été sauvé et que Onze a disparu. Le calme semble être revenu dans la petite ville d’Hawkins où Will et ses amis Mike, Lucas et Dustin tentent de reprendre le cours de leurs vies. Mais les habitants d’Hawkins vont à nouveau être plongés dans l’horreur lorsque Will, qui n’est plus tout à fait le même depuis son retour de l’Upside Down, reçoit des visions sombres et terrifiantes. De leur côté, le shérif Hopper et Joyce luttent ensemble contre cette nouvelle menace, tandis que Nancy et Jonathan unissent leurs forces pour rétablir la vérité et obtenir justice pour Barbara.

Mon avis :

Mille ans après tout le monde, j'avance enfin dans Stranger Things ! J'avais une impression de série longue, qu'il me faudrait des années pour rattraper... jusqu'à ce que je me rende compte que cette saison ne comportait que 9 épisodes ! Ce n'est donc pas si long !

J'ai beaucoup aimé cette saison, le rythme, l'alternance (laisser certains personnages dans la mouise, et passer un épisode sur quelqu'un d'autre ailleurs). C'est cohérent, bien mené et bien filmé. Les acteurs sont top.

Si je devais mettre un bémol, c'est [le principe de l'intelligence collective pour les monstres (on tue celui qui dirige, tous les autres meurent), comme dans Independance Day, Avengers, et mille autres récits de SF où c'est quand même bien pratique...]. Bon, on ne sait pas si c'est un trope ou un cliché, en tout cas, ça ne m'a pas vraiment dérangé car le reste apporte suffisamment d'originalité pour passer outre.