5 avril 2016

Compte-rendu des rencontres du 1er avril, et de Grésimaginaire

https://www.blogger.com/blogger.g?blogID=5710022505901810179#editor/target=post;postID=1109249313849135809;onPublishedMenu=posts;onClosedMenu=posts;postNum=1;src=link
Alors, je prends quelques minutes pour essayer de faire un petit compte-rendu, avant de repartir pour de nouvelles aventures (comprenez : de nouvelles rencontres scolaires).

Vendredi 1er avril, donc, j'avais rendez-vous dans trois collèges du Grésivaudan (et alentours) pour parler de mes romans et faire de la pub pour Grésimaginaire au passage.

Ce que je n'avais pas prévu, c'est qu'une arrivée à 8h du matin à Domène , était conditionnée à un réveil à 5h30 du mat' chez moi, plus de la route, plus des bouchons, plus le temps de se perdre pour trouver le premier collège et avec la fatigue accumulée, ben, forcément... je suis arrivée en retard (mille pardons encore !).

Heureusement, on avait de la marge, et on a pu prolonger la rencontre un peu plus tard dans la matinée, histoire de ne pas raccourcir le temps prévu.

La particularité de cette rencontre, c'est que j'étais face aux "délégués CDI", ceux qui aident au quotidien pour la mise en place des tables, des expos, etc, et qui étaient en quelque sorte récompensés pour leur volontariat avec ma venue. Ils pouvaient donc être de tout niveau, de la 6ème à la 3ème, et, comme j'ai des livres pour chaque âge, c'était sympa de pouvoir leur raconter mes histoires (et leur donner envie). Nous avons terminé avec un petit goûter très convivial, même si j'ai du m'éclipser assez vite de peur d'arriver (encore) en retard à la rencontre suivante, car j'avais un peu de route.
 
Seconde rencontre, donc, au collège de Goncelin. J'ai eu le temps de m'installer tranquillement, et profiter des petites douceurs à mon attention (*insérer ici un petit cœur*).



À la fin de la rencontre, les élèves m'ont montré leur travail sur Ascenseur pour le futur (c'est une classe de 6ème qui participe aussi aux Incos). Certains ont bossé sur des abécédaires issus de l'histoire, d'autres sur une "bande annonce" du livre, très sympa !









J'ai aussi vu ce qu'ils ont fait à partir simplement des titres des romans de la sélection des Incos, pour essayer d'imaginer la couv' et le 4ème de couv'... c'est parfois drôle, parfois très juste !

Clin d'oeil à Emmanuel Trédez !


Après une pause miam, direction Le Touvet pour la dernière rencontre de la journée ! Un groupe très à l'écoute et enthousiaste, avec des questions préparées en classe, et une petite séance de dédicace en fin de rencontre car nous en avions le temps.

Samedi, c'était le premier jour de Grésimaginaire.
J'ai joué au taxi pour Mélanie Fazi et, après un tout petit caprice de GPS (qui sera le thème de ce week-end), nous avons découvert l'espace Aragon où les bénévoles menés par la rayonnante Pascale Languille nous attendaient.
J'ai retrouvé des copains auteurs, avec, parmi eux, mes chères Agnès Marot et Cindy Van Wilder !

Fred, le libraire d'Omerveilles, avait bien reçu les exemplaires de L'Empire des Auras et j'ai pu les admirer... mais pas longtemps, car, très vite, il a fallu passer de l'autre côté de la table pour les dédicacer ! L'occasion de mettre en pratique mes essais de tampons (qui rendent très bien !).

J'ai dédicacé à tour de bras, ravie de retrouver des lecteurs rencontrés début mars à Crolles, et ceux vu le vendredi. Lors de l'inauguration, je suis passée à un cheveu de faire un discours, mais finalement, je l'ai évité (je pense que l'insistance du dernier élu à parler, en indiquant que ce serait le dernier discours, a joué beaucoup).

Pause miam avec Agnès, Cindy, et trois sympathiques blogueuses/booktubeuses (elles tiennent respectivement, de gauche à droite : le blog de Ptitelfe, le blog Lis-moi Lie-Toi et Les lectures d'Everbook). C'était chouette de prendre le temps de papoter au soleil, sur un banc, avec les montagnes au fond...

Retour sur le stand. Les piles descendent. J'épuise le stock des Auras, puis du tome 1 des fedeylins. Je sens déjà que ce sera un peu dur pour le dimanche, de décevoir des lecteurs qui viendront les chercher.

Fin de journée, direction le repas en commun avec les bénévoles, d'autres auteurs, les organisateurs, etc. Je sers de chauffeur à Mélanie, Agnès et Cindy MAIS le GPS décide de nous faire visiter la montagne, ses routes en lacets, dans un sens, puis dans l'autre. L'aventure au bout du chemin, les voyages forment la jeunesse, tout ça. Nous confirmerons donc que je ne suis pas le meilleur chauffeur du monde, mais que, faute de mieux, j'amène mes passager à destination malgré tout. Hum.
Heureusement, le retour à l'hôtel après le repas se fera sans avoir besoin de recalculer l'itinéraire !

Dimanche, je réalise dès mon arrivée au salon, que la table ronde sur les vampires, que je croyais l'après-midi, est en fait en fin de matinée. Oups !
Heureusement, j'ai le temps de signer un peu, avant d'aller écouter Adrien Party raconter l'évolution des romans francophones sur les vampires (et dire beaucoup de bien du Premier au passage, j'étais toute fière).
On a répondu aux questions, moi, Li-Cam, Vincent Tassy et Mathieu Guibé, en essayant de ne pas dire trop de bêtises (j'en ai dit quand même, mais des rigolotes).
Après, j'ai eu le plaisir de retrouver mon mari et mes enfants, venus en vadrouille voir le salon et jouer un peu dehors ! Nous avons mangé ensemble (avec Cindy et Agnès aussi <3 ). Ça fait du bien de voir sa famille au milieu de cette vie de folie !

Et puis retour sur le stand, où mon intervention lors de la conférence porte ses fruits parce que mes exemplaires du Premier partent les uns après les autres.

La journée avance et je commence à manquer de munitions, car j'épuise aussi mes Ascenseurs, puis le tome 1 des Yeux de l'Aigle. À vouloir éviter de commander trop, il me manque un peu de tout. Je le note pour les prochains salons.
Si je ne me suis pas trompée, j'ai dédicacé autour de 130 romans (!) 

Je suis toujours autant surprise de voir des lecteurs arriver avec leurs propres exemplaires de l'un ou de l'autre de mes romans, et me dire qu'ils l'ont aimé (c'est TROP COOL comme sensation). J'adore entendre les enfants s'écrier "c'est elle ! C'est Nadia Coste !" en m'apercevant (ça vaut aussi quand j'arrive dans une école ^^). J'aime voir les yeux des passants pétiller quand je leur raconte l'une de mes histoires. Et ce petit temps d'arrêt dans leur tour lorsqu'ils bloquent sur l'une de mes couvertures... Priceless.

Bref, un excellent week-end, aussi bien du point de vue humain, que de professionnel !

La prochaine édition de Grésimaginaire aura lieu le premier week-end d'avril 2018 (ça passe en biennal), et j'espère en être !


Oh, et pour vous remercier d'être allés jusqu'au bout de l'article, une petite vidéo réalisée lors de mes rencontres en janvier pendant ma rencontre au Puy en Velay (celle où je me ne me suis pas réveillée, ce qui explique ma tête, pire que d'habitude ^^) .



video


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire