12 décembre 2018

Des livres de voyage dans le temps !

Vous savez que j'aime les histoires de voyage dans le temps. J'ai écrit "Ascenseur pour le futur", mais je compte bien travailler sur d'autres périodes autrement car c'est une formidable possibilité d'emmener des lecteurs d'aujourd'hui dans des mondes d'hier ou de demain (et, en un sens, ça nous parle toujours de nous).

Comme mes deux ou trois prochains projets (ou presque, vous savez que j'en ai toujours plein en parallèle) abordent le voyage dans le temps de différentes façons, j'ai eu envie de lire quelques ouvrages qui le traitaient aussi, pour voir comment font les collègues. Deux récents pour les plus jeunes, et un ancien pour les grands.


Les pierres qui pleurent, de Danielle Martinigol


Résumé :
Dans le cadre réel du château de Guédelon, des personnages imaginaires…
 et l’aventure commence.
 
Les jumeaux Pierrel et Tim vivent de nos jours au chantier médiéval de Guédelon. Avec leur amie Najoie, ils rencontrent Tessa et Wally dont la mère est historienne. Un phénomène étrange se produit : des larmes semblent couler de certaines pierres du château.
Brusquement projetés au 13e siècle, les adolescents doivent aider Pacqueline, servante du Roi Saint Louis, à sauver l’honneur de son père, un tailleur de pierre.
Qui pourra les conseiller ? Sûrement pas l’homme inquiétant venu du passé qui espionne à notre époque la construction du château fort de Guédelon…
 
Mon avis :
Je ne connais pas du tout le château de Guédelon, donc ça a été une découverte pour moi, par les yeux de ces enfants et adolescents.
L'aventure pour sauver quelqu'un dans le passé fonctionne bien et le voyage dans le temps est bien mené (je n'en attendais pas moins de Danielle Martinigol, qui connait son métier ;) ).
Les notes en bas de page expliquent les termes techniques ou médiévaux pour les plus jeunes, ce qui rend le roman accessible à partir de 8 ans.

Le dernier bleuet, de Danielle Martinigol et Isabelle Fournié


Résumé :
« La vie est faite de rencontres. Il suffit juste d’être là au bon moment, au bon endroit, et de saisir le kaïros. »
 
Visiter un champ de bataille pendant les vacances, Zélie, Zacharie et Thomas n’en ont pas très envie. Mais René, leur arrière-arrière-grand-père a combattu là, autour de Verdun, pendant la Première Guerre mondiale. Alors les trois cousins font des efforts et s’intéressent aux objets présentés dans le Mémorial. Surtout à cette étrange boule de métal qu’ils trouvent par terre !
Août 1914. La menace d’une guerre gronde. Léon découvre dans un champ trois énergumènes de son âge bizarrement vêtus...
 
Mon avis :
Autre voyage dans le temps, autre ambiance, nous voilà partis en direction de la Grande Guerre, avec une histoire émouvante d'enfants qui vont créer du lien avec l'un de leurs ancêtres...
Une petite facilité pour contrer les possibilités du voyage dans le temps (quelque chose empêche la machine de revenir en arrière... on est obligés de continuer l'aventure car, si on pouvait remonter dans le temps à nouveau, il n'y aurait pas d'histoire !), mais c'est facilement excusable.
J'avais peur de comparer l'histoire à l'excellent 14-14 de Paul Beorn et Silène Edgar, mais Le dernier Bleuet s'adresse à des lecteurs plus jeunes, et l'intrigue, les thèmes, sont très différents.
J'aime beaucoup la couverture, et l'histoire m'a laissé une impression très positive.
Une base très sympathique pour parler de la guerre ou de l'histoire familiale avec des enfants en fin de primaire et début de collège.







Prisonniers du temps, Michaël Crichton


Résumé : 
Située au beau milieu de l'Arizona, ITC est une entreprise de technologie de pointe hautement mystérieuse. Sous la férule d'un scientifique aussi brillant que mégalomane, d'importantes recherches y sont menées dans le plus grand des secrets…
Mais pourquoi ITC s'intéresse-t-elle aux travaux de l'équipe d'historiens qui, loin de là, dans la vallée de la Dordogne, a entrepris sous la direction du professeur Johnston de l'université de Yale, des fouilles autour d'un monastère du XIVe siècle ? Pour éclaircir la question, Johnston se rend en Arizona. Et disparaît …
Deux jours plus tard, toujours en Dordogne, un parchemin vieux de six cent cinquante ans est mis au jour. Son message, “A l'aide” est signé du professeur Johnston…

Mon avis :
Le roman met 200 pages à démarrer et l'auteur utilise des schémas pour justifier le voyage dans le temps (ou dans un espèce de multivers dont il n'explique pas vraiment pourquoi, en fait, on arrive à un point du temps différent), mais, pour autant, toute la deuxième partie, à partir du moment où nos héros partent réellement au XIVème siècle, dépote grave.
Il faut donc s'accrocher au début, mais, une fois dans l'aventure, les pages défilent super vite.
Un habile compte-à-rebours temporel permet de maintenir la tension (matérialisé par les titre de chapitres, qui sont les heures qui défilent) : ça fonctionne bien.
Bon, il y a bien quelques péripéties sorties de nulle part et des héros qui s'adaptent particulièrement bien à l'époque où ils arrivent (c'est bien préparé... mais quand même), mais, globalement, on passe un bon moment. 

Voilà !
J'en ai au moins un autre sur ma PAL, donc à suivre... dans le futur !

6 décembre 2018

Le livre sans frontière, la suite !

Vous vous souvenez peut-être, je vous avais raconté ma participation au prix du Livre sans frontière en 2015, une super initiative d'un groupe d'adolescents qui partageaient leurs lectures... et faisaient tourner un livre que les lecteurs annotaient au fur et à mesure !

Ce livre, c'est "La vérité sur l'Affaire Harry Quebert", de Joël Dicker, qui est revenu dans l'actualité dernièrement grâce à la série diffusée sur TF1 avec Patrick Dempsey (qui est plutôt fidèle à l'esprit du roman, pour ce que j'en ai vu, avec un petit côté "Cold Case" qui fonctionne).

Bref.

Ce livre, je l'ai lu l'année dernière (voir mon avis) et je l'ai beaucoup apprécié ! Je l'ai fait lire autour de moi... et il est temps pour lui de partir pour de nouvelles aventures, c'est à dire poursuivre son destin de livre sans frontière !


Si vous voulez participer, et donc faire partie des prochains lecteur de cet exemplaire déjà annoté par tous les lecteurs précédents (dont moi ^^), il vous suffit de m'envoyer un message (mail, commentaire sur le blog, ou message via FB, Intagram, Twitter...) avant dimanche 9 décembre.

Si vous êtes plusieurs motivés, je ferais un tirage au sort ! Et j'irais à la poste la semaine prochaine, histoire que vous le receviez rapidement.

J'aime beaucoup cette initiative, et j'espère qu'elle se poursuivra longtemps (même si on garde tous le roman plus longtemps que prévu, la faute aux PAL gigantesques...).

4 décembre 2018

Retour de Montreuil

Petit compte rendu en images qui ne rend pas forcément compte de l'ambiance, de la chaleur, et de l'intensité que représente le SLPJ de Montreuil !

du street-art dans Paris

Cette structure rouillée près du salon, toujours impressionnante

Facile à trouver !

Le petit chaperon rouge... et sa maman !
Pour moi, Montreuil, au delà des rencontres avec les lecteurs et des habituelles dédicaces, c'est surtout l'occasion de discuter de vive voix avec mes différents éditeurs (et ceux qui ne le sont pas encore !) pour évoquer des projets plus ou moins avancés... et donc caler des sorties pour 2019, et 2020 !!!

Cette année a été particulièrement positive pour moi, ce qui est bien cool... mais sous-entend beaucoup de boulot à venir ! Il n'y a plus qu'à !

J'ai aussi eu l'occasion de parler de Rhizome lors d'une table ronde très intéressante, et de rencontrer plusieurs personnes ayant participé à mes couvertures, notamment l'illustratrice de "Comment je suis devenue un robot", qui sort au mois de mars chez Syros... et Lalou, la jeune fille qui a dessiné le papa sur la couverture de Papa de Papier !
Lalou, moi, et la couv avec son dessin !


J'ai aussi eu le plaisir de rencontrer trois étudiantes en 1ère S qui travaillent sur L'Effet Ricochet (et le clonage), ce qui a été l'occasion d'un long entretien où nous avons pu approfondir des sujet que je n'aborde souvent qu'en surface ! 
Quel bonheur d'avoir l'impression d'avoir fait du bon boulot !!! Merci les filles !

Marjorie, Roxane, Clémence et moi !
Et puis, Montreuil, c'est un des rares salons où les cinq doigts de la main sont réuni(e)s ! Si vous me suivez, vous connaissez déjà mes Wonderfriends Lise Syven, Cindy Van Wilder, Agnès Marot et Silène Edgar, mon "crew", toujours prêtes pour bêta-lire mes romans et m'aider au quotidien à affronter les montagnes russes de l'édition !

Wonderfriends !

Mon anniversaire étant le 3 décembre, il se trouve que, chaque année, ça tombe pour Montreuil... cette fois-ci, je suis rentrée à temps pour le fêter en famille, mais ça n'a pas empêché mes copines de me gâter ! Une gosse bise à Ruberto et Céline au passage pour leurs charmantes attentions !


J'ai pris des bonnes résolutions en avance (publier des stories sur Instagram) et j'essaye de m'y tenir malgré la fatigue (contrecoup du salon) et les corrections du premier jet de La Cité du Savoir (qui devrait partir en bêta-lecture tout bientôt). N'hésitez pas à me retrouver là-bas !

N'empêche que ce genre de salon donne la pêche pour continuer avec une bonne énergie !

18 novembre 2018

Mes horaires au SLPJ de Montreuil





Le salon du livre et de la presse jeunesse (qui se déroule à Montreuil et est un peu la "grande messe" de la littérature jeunesse) aura lieu très bientôt !

J'ai la chance d'y participer, cette année encore, avec un beau programme... alors, à vos stylos ! Si vous voulez me voir, je serai :

* Jeudi 29 novembre :
=> à midi, rencontre croisée avec Loïc Le Pallec, "Vers de nouveaux mondes" sur la scène littéraire (G17) : j'y parlerai de Rhizome.
=> 13h à 14h : dédicaces (Rhizome, L'Empire des Auras et l'Effet Ricochet) sur le stand du Seuil (J5)
=> 16h à 18h : dédicaces (Jivana) sur le stand des Indés de l'Imaginaire (G32)

* Vendredi 30 novembre :
=> 14h à 16h : dédicaces (Jivana) sur le stand des Indés de l'Imaginaire (G32)
=> 16h à 17h30 : dédicaces (Papa de Papier et Ascenseur pour le Futur) sur le stand de Syros (E17)
=> 19h30 à 20h30 : dédicaces (Les Élémentaires et Ma Pire Semaine de Vacances) sur le stand de Castelmore (L12)

* Samedi 1er décembre :
=> 10h à 11h :  dédicaces (Les Élémentaires et Ma Pire Semaine de Vacances) sur le stand de Castelmore (L12)
 => 13h à 14h : dédicaces (Les Élémentaires et Ma Pire Semaine de Vacances) sur le stand de Castelmore (L12)

 => 16h à 18h : dédicaces (Jivana) sur le stand des Indés de l'Imaginaire (G32)

* Dimanche 2 décembre :
=> 16h à 18h : dédicaces (Jivana) sur le stand des Indés de l'Imaginaire (G32)

Bien sûr, si vous venez avec d'autres bouquins que celui devant moi sur le stand, je signe aussi ^^

J'espère vous y voir nombreux !

14 novembre 2018

La Masterclass de l'Imaginaire (c'était bien !)

Vendredi dernier, j'ai eu la chance de participer à la seconde Masterclass de l'Imaginaire organisée par l'ARALL (Auvergne Rhône Alpes Livres et Lecture) aux côtés de Nabil Ouali et Li-Cam.

Jérôme Vincent (qu'on ne présente plus, mais pour ceux qui l'ignorent, c'est mon éditeur pour Jivana) modérait (avec brio) ce moment qui aurait facilement pu durer deux heures de plus tellement nous étions contents d'échanger sur nos méthodes de travail, de partager des anecdotes ou de dire des bêtises (oui. J'assume).

Merci Jean-Emmanuel Aubert pour les photos !
Au cours de la soirée, j'ai partagé une image regroupant des extraits de notes préparatoires aux fedeylins, pour donner un aperçu de ma façon de travailler. J'ai caché un maximum de choses, parce que bon, ce n'est pas destiné à être montré, mais pour ceux qui sont curieux, je vous glisse l'image ici aussi.

Sur l'image en haut, à gauche, vous constaterez que j'ai un niveau de dessin level "araignée"...
En haut, au centre, c'est le récap du temps passé depuis la première idée (2004) jusqu'à l'acceptation du manuscrit (2010).
En haut, à droite, la recherche sur les noms (du héros, des dieux...) avec les choix finaux dans la marge.

En bas, le calendrier fedeylins (à l'étape de brouillon, donc avec des modifs depuis), les recherches sur les phases des lunes, mon niveau de dessin level "montagne" (de ce qui ne s'appelait pas encore le Rajmalaya, qui signifie "la demeure de la montagne", alors qu'avant, ça ne signifiait pas grand chose).

Et enfin, en bas à droite, un aperçu de la trame détaillée de Jivana (je procède de la même manière pour chacun de mes romans : un résumé chapitre par chapitre, du début à la fin, avant de me lancer dans la rédaction).

J'ai l'impression que le public et les organisateurs étaient contents ! (tant mieux : moi aussi !).

Après nous, il y a eu une intervention très intéressante de Sylvie Allouche, puis Adrien Thomas a sensibilisé le public (avec humour) à la difficulté de vivre de ses écrits.

Bref, c'était une très belle soirée, et je suis ravie d'avoir fait partie de l'aventure !

Merci à Laurent Bonzon, Joël Bouvier, et toute l'équipe de l'ARALL pour leur implication et leur dynamisme, et merci aux Indés de l'Imaginaire (notamment à Jérôme Vincent, hein) pour avoir proposé mon nom et fait en sorte que tout se passe bien ! Merci également à la librairie L'Esprit Livre, qui assurait un stand éphémère sur place en cas d'envie impérieuse d'acheter l'un de nos bouquins !
J'envoie une bise aux spectateurs, têtes connues ou pas, pour leur sourire bienveillant et les échanges (avant, et après) et leurs rires et leur écoute pendant !
Et une autre bise à mes collègues, comparses de micros sur scène ou d'échanges hors scène, car c'est toujours agréable de voir ce que nous avons en commun, et là où notre façon de travailler diffère.

On recommence quand vous voulez !


Edit : pour écouter ce qui a été dit, c'est par là !

9 novembre 2018

Salon fantastique : quelques photos !

Petit compte rendu rapide du salon fantastique, surtout à base de photos car il y avait beaucoup de visiteurs costumés, je ne m'attendais pas à autant !

Alors, ce n'était clairement pas le meilleur salon pour moi au niveau des signatures (ce qui s'explique assez facilement puisque je n'avais que Jivana sur la table, alors qu'il y a toujours d'habitude un "effet d'entraînement" de mes différentes couvertures qui attirent l'oeil et permettent d'échanger avec les lecteurs selon leur âge, leurs goûts...), mais j'ai tout de même passé un excellent moment avec mes collègues des Indés de l'Imaginaire (je ne vais pas faire de name dropping cette fois-ci pour éviter d'en oublier ^^),

La photo ne rend pas hommage à cette armure magnifique.

Je suis fan du magicien d'Oz !

Si quelqu'un sait de quel fandom ça vient... les costumes sont impressionnants !

Avatar ! Juste génial !

Sally et Mr Jack... plus vrais que nature !

Quand on ressemble aux personnages... le cosplay est encore meilleur !

Et une mention spéciale pour une rencontre très émouvante... avec une fan des fedeylins en pleine lecture de Jivana (et qui s'est inspiré de mon univers pour se faire tatouer le prénom de ses enfants... dans des bulles !). Rien que pour elle, je suis heureuse d'avoir fait le déplacement ! Quelle émotion !
Bises, si tu passes par là !
Et elle avait aussi un costume super !

8 novembre 2018

Terre de Brume 1, Cindy Van Wilder





Résumé :

Depuis l'enfance, Héra vit dans le Sanctuaire des Prêtres de l'Eau, où elle apprend à maîtriser sa magie pour devenir Guerrière.
Au cours d'une mission, elle rencontre Intissar, une Soeur de Feu venue avertir les habitants d'un terrible danger.
Mais il est déjà trop tard : une vague de Brume, peuplée de créatures ni mortes ni vivantes, frappe le Sanctuaire. Et elle frappera encore.

Mon avis :

Vous savez que j'aime la magie élémentaire. Ce n'est pas nouveau, et ceux qui ont lu "Les Élémentaires" peuvent le confirmer. Alors, forcément, je me suis régalée.
On est très vite immergé dans ce monde post-catastrophe, avec de la magie, peu de communication entre les groupes, et des secrets que les deux héroïnes vont devoir démêler...

Ça se lit tout seul, c'est plein d'aventures et d'émotions (les héroïnes en bavent, toutes les deux et doivent surmonter un paquet d'épreuves), et les pistes engagées pour le tome 2 donnent vraiment envie de s'y plonger déjà ! (un peu de patience, ça arrive bientôt).

Je suis très fière de pouvoir compter Cindy parmi mes Wonderfriends, car c'est une autrice de grand talent !

Si ses autres romans s'adressent plutôt à des grands ados (fin de collège, lycée), pour Terre de Brume, je pense que des lecteurs à partir de 10 ans peuvent se faire plaisir !

Une bonne idée de cadeau de Noël !

Gif Bonus :


6 novembre 2018

Signe particulier : Transparente, Nathalie Stragier

Résumé :

Être transparente au lycée, rarement invitée en soirée et ignorée dans sa propre famille, c’est une blessure, ça fait mal. Mais être invisible pour de vrai, se rendre en salle des profs incognito et disparaître dans les moments embarrassants… ça commence à devenir beaucoup plus intéressant !
À quinze ans, Esther cesse d’être une fille ordinaire et voit un nouveau monde s’ouvrir à elle. Pour l’adolescente trop discrète, la vie devient soudain passionnante. Et de plus en plus dangereuse.

Laissez-vous prendre par le frisson de la transparence.

Mon avis :

Je suis archi-fan de Nathalie Stragier depuis sa trilogie "Ne ramenez jamais une fille du futur chez vous", "Ne retournez jamais chez une fille du passé", et "Ne dites jamais jamais" (je n'ai pas de lien vers une mini-chronique du tome 1, c'était l'époque où j'avais arrêté de parler de mes lectures sur le blog...), du coup, j'étais impatiente de découvrir cette nouvelle histoire en un seul tome...

Et bien, je n'ai pas été déçue ! Comme d'hab, c'est géré de main de maître, j'étais à fond dans l'histoire, et j'ai même versé quelques larmichettes (oui, ce n'est pas surprenant de ma part, mais quand même, c'est une preuve que ça le fait).

Quand on me demande de parler de mes peurs, je cite souvent la peur de disparaître (dans ce métier, c'est très éphémère : on peut être vite oublié), alors l'histoire d'Esther a provoqué un écho inattendu en moi, vis à vis de cette peur là.

Bref, une très très belle histoire à découvrir.

Gif Bonus :


4 novembre 2018

À un cheveu, Lise Syven


Résumé : 

L’amour et la popularité, ça ne tient parfois qu’à un cheveu…

En terminale dans un lycée parisien, Matthéo était un garçon tout à fait ordinaire… jusqu’à ce que la calvitie s’installe. Depuis, sa vie est un enfer. Non content d’être la bête noire du lycée, Matthéo a perdu tout espoir d’attirer l’attention de la belle Suraya.

Résolue à l'aider, sa cousine le force à essayer un postiche, et, là, c’est la transformation : il est carrément craquant !


Pourtant, pas question de porter ses nouveaux cheveux au lycée : en attendant d’être à la fac, dans une ville où on ne le connaît pas, il en profitera pendant le weekend. C'est décidé : il se fait passer pour Paul, le cousin de Matthéo le loser. Peut-être que lui saura plaire à Suraya…


Mon avis : 

Vous me direz que je ne suis pas objective avec les romans de Lise Syven, puisqu'elle fait partie de mes Wonderfriends, des cinq doigts de la main (qui, comme les mousquetaires, sont six. Enfin, vous voyez l'idée), et je vous dirais que vous avez tort : comme toutes les personnes que je bêta-lis et qui me bêta-lisent, il y a un critère important dans notre amitié, c'est l'honnêteté. Si je n'aime pas, hé ben, je le dis.

Bon, il se trouve que là, j'ai adoré !

Lise m'avait parlé de l'histoire comme un roman "feel-good" et c'est vraiment la sensation que j'ai eu. On est bien, ça fait du bien... il arrive plein de malheurs au héros, on a envie de le voir s'en sortir (ou, parfois, se faire attraper), on se demande à chaque page ce qu'il va se passer... les pages se tournent toutes seules, et hop, c'est déjà terminé ! Un vrai bonbon qui fait du bien, et, mine de rien, aborde aussi la confiance en soi et des questions de construction personnelle au moment du passage à l'age adulte.
C'est drôle, c'est frais, et c'est plus profond que ça en a l'air !

Je le conseille à tout le monde, d'autant qu'il n'y a pas d'imaginaire dedans, donc même les gens allergiques à la SFFF peuvent y trouver leur compte !

Bonus Gif :

2 novembre 2018

Salon fantastique à Paris



Oups ! Il semblerait que je sois en retard pour mettre à jour le blog !

J'ai pourtant des choses à dire (notamment des mini chroniques de mes dernières lectures), mais vacances des enfants oblige, c'est un peu plus difficile...

J'ai quand même avancé sur La Cité du Savoir (un peu), et j'ai terminé ma vague de corrections sur Comment je suis devenue un robot. C'est pas si mal !

Et demain (samedi 3 novembre, donc), je dédicace à Paris, au Salon Fantastique, espace Champerret !


Je vais arriver dans la matinée, et repartir en fin d'après-midi. Vous me trouverez sur le stand des Indés de l'Imaginaire, pour signer Jivana ! (mais si vous venez avec d'autres romans à moi, je pourrais les dédicacer aussi).

Ah, et si vous voulez vous inscrire pour la Masterclass de l'Imaginaire organisée par l'ARALL, à Lyon le 9 novembre : suivez le lien !

18 octobre 2018

Parlons un peu d'écriture, tout de même !

C'est pas le tout, de vous parler de salons, de sorties, de mes lectures et de nominations à des prix, mais c'est bien aussi de parler d'écriture !

Alors, où j'en suis ?

Je travaillais sur "La Cité du Savoir" depuis début septembre, au rythme de 3 à 5h d'écriture par jour, avec des moments moins efficaces (genre, les jours de retour de salon, par exemple). Ce qui fait que je n'ai pas avancé autant que je le voudrais, mais j'ai quand même dépassé la barre des 250 000 signes, ce qui, en théorie, devait correspondre à la moitié de l'histoire. Sauf que. Je ne sais pas si j'ai sous estimé mon plan, ou le développement de l'univers, mais je suis loooooin de la moitié.
Peut-être à seulement un tiers ? Je ne sais pas encore.


Pour moi qui planifie tout, à mille signes près, c'est étrange de me laisser dépasser par les évènements ! Mais ce n'est pas grave. Au pire, si je vois que ça prend trop de place, je ferai deux tomes, et pis c'est tout. Ça fait longtemps que je n'ai pas écrit en plusieurs tomes.

Mais, du coup, j'ai dû mettre l'histoire de côté un moment pour me concentrer sur une nouvelle vague de corrections de "Comment je suis devenue un robot", un roman qui sort en mars aux éditions Syros, dans la même collection que "Papa de Papier".
Je dois en être à la version 5. C'est un roman compliqué, car il aborde le handicap et le rapport au corps à l'adolescence. J'ai envie de le faire bien.
C'est un roman que j'ai commencé dans le cadre du feuilleton des Incos, avec des classes de 5ème et 4ème (je vous en parlais pour la première fois il y a deux ans presque tout pile) mais que j'ai beaucoup modifié depuis (version 5, on a dit).


Le texte est passé de 100 000 signes (à peu près) à la fin du feuilleton des Incos, à près de 170 000 signes au cours des versions 2 et 3 pour arriver à ce que je voulais dire avec ce texte.
Mais le plus gros changement, c'était la V4, car, après discussion avec mon éditrice, j'ai décidé de basculer certaines scènes dans le point de vue d'un second personnage (alors qu'il n'y avait qu'une seule narratrice dans les versions précédentes). Ça a demandé un sacré découpage, une refonte et pas mal de modifications pour éviter que le texte ne "gonfle" trop car il était déjà un peu gros pour la collection... Je l'ai fait en 188 000 signes (pas tellement de différence avec la V3, mais quand même beaucoup trop par rapport à Papa de Papier ou Ascenseur pour le Futur).

Cette V5, donc, consiste à éliminer le superflu pour ne garder que l'essentiel, condenser un peu le texte pour le rendre plus fort... avec, comme objectif, m'approcher de 150 000 signes pour garder un format sympa, et ne pas délayer inutilement.

C'est toujours bizarre, parce qu'on se dit que tout est essentiel, et puis, petit à petit, on enlève une phrase, puis un dialogue, une scène... et d'une chose à une autre, le diamant commence à avoir des facettes ! (enfin, en toute modestie, hein). Le tout, c'est de savoir quand arrêter la tronçonneuse !

Bref, ça avance, je suis contente.

On a aussi travaillé sur la couverture, ce qui n'était pas évident (handicap et rapport au corps, ce n'est pas forcément le plus facile à illustrer...). Les lecteurs me diront si le choix final est le bon... J'ai un peu de mal à avoir du recul, parce que c'est aussi mon tout premier roman avec pas un gramme d'imaginaire dedans (oui, malgré le titre). Du coup, les codes sont différents de la SFFF que je connais mieux.
On verra bien.

J'espère terminer rapidement mes corrections pour pouvoir me remettre à La Cité du Savoir, parce qu'il y a d'autres projets qui attendent leur tour et qui vont commencer à s'impatienter et à tambouriner à la porte de mon esprit !



15 octobre 2018

Passage à La Licorne !

Petit bilan en images de mes rencontres scolaires dans les alentours de St Germain Lembron, où j'étais invitée par La Licorne (super médiathèque très dynamique) pour La Semaine du Livre Jeunesse.

Tout a commencé mercredi soir, avec l'arrivée à la maison d'hôte charmante, où vivait une portée de cinq chatons adorables...
Ma préférée : je l'ai appelée Cendrillon.
4 sur 5 !
Le lendemain, nous avons vécu une aventure intense dans la campagne, pour trouver une école dans un village qui n'existe plus (ravagé par la peste il y a plusieurs siècles !), ce que le GPS ignorait. Le temps de récupérer les bonnes infos, nous avons pu décaler la deuxième intervention prévue dans la matinée au lendemain (je ne voulais surtout pas décevoir les élèves qui m'attendaient).

Ma récompense, après 1h30 de voiture, c'est un bel échange autour d'Ascenseur pour le futur... et des dessins !
classe de CE2-CM1-CM2 à St Pierre Colamine
Après une truffade locale, je me suis rendue à Cournon d'Auvergne pour rencontrer deux classes de 5ème, qui avaient consulté le blog... et m'ont offert des macarons et du chocolat !
(ils avaient aussi beaucoup travaillé sur Ascenseur pour le futur, et l'échange de questions/réponses a été super). Ils avaient presque tous acheté le roman, et je l'ai signé pendant la récréation (j'ai aussi signé quelques livres achetés à destination des parents, ce que j'ai trouvé trop chou !).

Mention spéciale pour le lutin en pâte fimo !
Vendredi, j'étais au collège de Brassac Les Mines, pour parler d'Ascenseur pour le futur avec des 4ème.
Là encore, des rencontres bien préparées, avec un travail sur le racket, sur les objets du futur, et les personnages du romans...










Mais il y avait aussi des ascenseurs en carton !

Un de taille raisonnable, comportant tout de même les 100 boutons...
... et un géant !

C'est la première fois que des élèves construisent un ascenseur dans lequel je peux entrer !!! C'est génial !


Ambiance différente à Lamontgie, l'après-midi, avec des CM1-CM2 qui découvraient juste mes romans (j'espère leur avoir donné envie d'en lire plusieurs).


Puis, enfin, la rencontre avec les CM2 au Breuil sur Couze, qui m'attendaient la veille... et avaient préparé de charmantes attentions (dont des macarons maison et des dessins !).



Merci aux élèves et aux enseignants des différents établissements ! C'est un bonheur d'intervenir dans ces conditions !!!

Samedi, le jour des dédicaces était arrivé. J'étais bien entourée : Arnaud Roi, Marie Dorléans, Cécile Gambini et Camille Raveau, qui avaient eux aussi rencontré des classes, et avec qui nous avions passé de super moments à la maison d'hôte pour débriefer et papoter le soir (on se sentait presque en colonie de vacances ^^).


À part un accident de tampon encreur (ma main à rippé), tout s'est bien passé !


De nombreux élèves rencontrés sont venus me faire dédicacer des livres, certains repartant parfois avec trois, quatre, cinq de mes romans (pour eux, leur fratrie ou pour offrir à leurs amis !). Génial !

Bref, j'ai passé un excellent moment, aussi bien avec les collègues, pendant les journées de rencontres, que pendant le salon (pour info, la librairie éphémère reste en place toute la semaine, si vous voulez vous procurer certains de mes titres... enfin, s'il en reste parce que les piles sont bien descendues !).

J'en garderai un très bon souvenir et je remercie les organisateur de La Licorne qui ont tout géré avec brio !